Le coucher des enfants et bambins en autonomie [Edit du 11/10]

J’ai essayé, et j’essaie, autant que possible d’écouter les besoin de mes enfants et de leur/me permettre de les respecter (beaucoup de sommeil mais aussi d’un moment calme avant de dormir), tout en respectant les miens (besoin vital de calme à partir d’une certaine heure, qui est en semaine vers 19h).

Notez qu’ici on mange très tôt, vers 18h15, et qu’à 19h les gnomes sont prêts à se retirer dans leurs quartiers.

Le coucher autonome, mise en pratique

J’ai commencé vers 1 an et demi et j’ai tenté plusieurs manières de faire, elles ont évoluées en fonction de l’âge de mes enfants , et du matériel que j’avais à disposition : si je suis pour un coucher autonome, je pose quand même un cadre.

Règle numéro 1
Le rituel du soir est indispensable : histoires, bisous, câlins, se raconter la journée, chanter des chansons, etc. Tout ce qui sera suffisant pour que l’enfant soit rassasié de d’amour parental et puisse s’endormir sans ressortir 10 fois de sa chambre pour quémander de l’affection.
Règle numéro 2
Hors de question que l’enfant, une fois que j’ai fermé la porte et dis Bonne nuit, ressorte de la chambre et fasse comme s’il n’avait pas été « couché ». Mon moment à moi commence à la fermeture de cette porte.
Règle numéro 3
Au calme : on lit, on joue calmement, mais o ne fait pas les fous, on ne joue pas aux chevaliers guerriers, on ne fait pas de bruit.
Règle numéro 4
Poser la limite de temps, et c’est là que ça devient sérieux 😉 Il existe plusieurs outils, cumulables ou pas entre eux.
Règle numéro 5
Il s’agit d’un contrat de confiance (toi aussi chante la musique de Darty dans ta tête) : s’ils font la mega foire ils perdent leur privilège.

Mes outils pour un coucher autonome

A cumuler, ou pas.

La prise intelligente

Quand E avait 2 ans, il avait une belle guirlande de lampions dans sa chambre, qui éclairait suffisamment pour qu’il y voit assez pour jouer ou bouquiner, et pas trop pour perturber son cycle circadien. Elle était programmée pour s’éteindre à une certaine heure avec un boitier comme celui-ci. Pratique et abordable, fallait par contre faire des manipulations si pour une raison ou une autre on voulait changer l’heure.

Il existe maintenant à un coût bien moins élevé qu’il y a 5 ans, des boitiers électroniques, qui ont l’avantage de ne faire aucun bruit (celui ci-dessus faisait un léger tictac), peuvent avoir un compte à rebours programmable, et permettent une programmation différente suivant les jours de la semaine.

Et il existe aussi maintenant des prises domotiques, que l’on peut piloter depuis un téléphone portable par exemple, qui permettent d’éteindre la lumière à distance. Tout puissant parent 🙂

Une précaution importante : si vous utilisez ce genre de système, ne mettez pas votre enfant dans une situation où en pleine nuit il ne pourrait plus du tout allumer de lumière pour aller faire pipi ou parce qu’il a fait un cauchemar (imaginez l’angoisse…)

La lampe de poche

Pratique les petites lampes torches, que l’on prendra au choix solaires ou à dynamo. Dans le premier cas quand elles sont épuisées, c’est fini jusqu’à la prochaine recharge le lendemain (si la météo le permet, j’ai vite abandonné cette idée quand je vivais en Allemagne). Dans le second cas vu le boucan que font les dynamos on s’en rend compte quand l’enfant gruge…

Le timer sonore

time-timer-plus_jpg_980 × 980_pixelsActuellement mes enfants partagent la même chambre, et l’outil de prédilection depuis quelques mois, c’est le timer sonore (que j’utilise à plein d’autres moments, mais j’y reviendrai).
Je fixe une durée chaque soir, suivant l’heure à laquelle je quitte la pièce et l’estimation de leurs besoins. Ils ont pour instruction lorsque ça sonne et qu’il n’y a plus de rouge, de ranger leurs jouets/livres et d’éteindre.

Il es rarissime qu’ils n’aient pas au moins 5 minutes de temps pour eux le soir, et cela peut aller jusqu’à une heure les vendredis soirs où sont prêts à 19h00 et que je suis trop vermoulue pour être dans la même pièce qu’eux.

Ils utilisent le temps pour se détendre, et parfois l’un ou l’autre s’endort avant la fin du temps maximum.

Je fais preuve de souplesse aussi, et admets qu’on peut vouloir finir la page d’un livre avant d’éteindre, même s’il n’y a plus de temps.

J’ai remarqué qu’ils avaient besoin de se changer les idées avant d’aller dormir, et qu’une histoire était indispensable. Si je n’ai pas eu le courage d’en lire une (mais j’ai quand même pris le temps de faire des câlins fous et des bisous tendres) ils lisent ensemble ou chacun de leur côté.

Ils ne sont pas à l’abris d’une difficulté d’endormissement, même après la fin du temps réglementaire. Dans ce cas mes deux armes secrètes sont la musique pour bébé et le pschitt magique. (non, pas celui-là, même s’il semble très efficace 😀 )

Globalement cela se passe très bien. Très peu de raffut, quasiment pas d’abus lors de l’extinction des feux (il n’y a pas de prise spéciale dans leur chambre, mais j’ai l’ouïe fine et je sais s’ils ont éteint ou pas), assez peu de sorties une fois que j’ai quitté la chambre (moins je passe de temps avec eux avant, plus les malchances de réapparition pour un bisou ou un pipi augmentent).

La sieste, aka le Moment calme

Indispensable pour moi quand je les ai la journée entière (et je fais la sieste moi aussi), nécessaire pour eux pour une coupure détente dans la journée.

Si nécessaire je ressors le Timer et le fixe à une heure, sans le son. Le Cadet peut dormir et sait qu’il doit rester au calme dans sa chambre au moins jusqu’à qu’il n’y ait plus de rouge.

Le besoin physique de liberté

Mes deux garçons, qui ont aujourd’hui presque 8 ans et 3 ans et demi, ont eu les barreaux de leur lit de bébé enlevés assez tôt, avant même qu’ils n’essaient d’escalader pour sortir de leur lit. L’idée était de leur permettre d’être autonome et de leur faire confiance.

Question timing, j’ai fait cela pendant les chaudes saisons (passer de la gigoteuse à la couette, c’était un pari risqué question rhume) et à une période sans réveil (je conseille donc les vacances ou un vendredi soir pour avoir au moins deux nuits d’acclimatation sans gros problème de récupération de sommeil si besoin).

Donc vers un an et demi ils ont pu sortir de leur lit et je ne l’ai jamais regretté : avant d’enlever les barreaux les enfants me rappelaient plusieurs fois par soir, pour un bisou, un doudou tombé, etc.

Mes outils

Ikea propose une barrière de lit à un prix abordable (Vikare), qui pourra être utilisée, suivant la structure du lit « de grand », après.

La seconde possibilité, compatible avec les lits de bébé (ça se coupe au couteau de cuisine) et les lits une place, c’est de placer une frite de piscine sous la drap housse (2,5€ ).

Je me rappelle avoir retrouvé l’Ainé endormi par terre à côté de son lit la première nuit. Du coup pour son frère j’avais pris la précaution de poser au sol sa peau de mouton, et les premiers soirs d’aller toujours vérifier si un petit corps chaud était à remettre sous sa couette avant de me coucher.

Et pour le matin ?

Mes enfants l’ont bien compris : s’ils veulent une maman de mauvaise humeur et sans patience toute la journée, il suffit de me réveiller avant mon heure, et c’est encore pire si c’est des cris, des pleurs et ce genre de bruit agressif.

Mon outil

Le réveil mouton, mon sauveur.
Le soir on le met en marche, le mouton dort. Et on fixe une heure à partir de laquelle le mouton sera réveillé. Les instructions varient suivant les périodes : rester au lit, ou rester au calme dans la chambre jusqu’au réveil du mouton.

Ce qui est pratique c’est qu’il n’y a pas besoin de savoir lire l’heure pour que l’enfant puisse en comprendre le fonctionnement.

Il ne faut pas abuser sur l’heure de réveil du mouton, impensable de le fixer à 10h30 si l’enfant se réveille à 7h et d’attendre de lui qu’il reste au calme tout ce temps là 😉

Mon astuce

Pas de télé ou de jeux vidéo le matin au levé dans ma maison, les enfants se réveillent le week-end chez moi entre 8h00 et 8h30 et leur mouton est à 8h45. En attendant que je me lève ils jouent calmement, bouquinent, etc.

Chez leur père (une semaine sur deux donc) ils se lèvent vers 7h00 pour aller regarder la télé et jouer à la Mega Drive.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s